Aphrodite

20/02/06 om 00:00 - Bijgewerkt op 19/02/06 om 23:59

Bron: Datanews

Elle se tient devant la fenêtre de son bureau. Le soir tombe. La plupart des ses collègues sont déjà partis. Dehors, il pleut. Les gouttes glissent le long de la vitre. L'une poussant l'autre. Comme l'état d'esprit qui règne dans son équipe.

Voici trois mois encore, tout le monde était euphorique. L'équipe allait tout casser. Et écrire un logiciel formidable. Mais aujourd'hui, c'est la soupe à la grimace. Et elle ne comprend pas bien. Qu'a-t-il bien pu se passer? En trois mois à peine.Tout a commencé par un problème mineur. Un collègue a décidé de jeter l'éponge, il en a assez. Pas de ligne claire, toujours recommencer. Pas d'espoir d'amélioration. Pourtant, ce collègue ne se retirera pas, préférant rouspéter et surtout, ne rien faire. Et son attitude fut contagieuse. Avant qu'elle ne s'en aperçoive, la moitié de son département était paralysé. Comme la goutte qui, en glissant, en entraîne d'autres...Elle regarde les gouttes, et pas la fenêtre. Dommage. Car par la fenêtre, elle aurait aperçu un couple en train de se bécoter sous la pluie. Un porte-documents au-dessus de leur tête, à moitié protégés par l'arrêt de bus. La manière dont ils s'embrassent indique que leur relation est récente. Pas encore question de routine. Chaque baiser est fougueux. "Don't kiss me like we're married, kiss me like we are lovers", aurait chanté K.T. Oslin.Mais elle n'y prête aucune attention. Elle regarde uniquement les gouttes sur la fenêtre. Comment se fait-il pourtant qu'un baiser familier soit différent d'un baiser "de jeunesse"? Comment comprendre que nous soyons tous heureux, fiers, voire amoureux de notre travail au moment où nous recevons une lettre nous annonçant que notre candidature a été retenue et que nous pouvons commencer le mois suivant. Selon une étude Gallup, 54% des personnes heureuses, fières et vraiment engagées deviennent après un certain temps indifférentes à leur travail. Et 17% vont jusqu'à saboter sciemment leur société.Pourtant, nous parvenons à imaginer une solution de gestion à ce problème. Nous introduisons des procédures, des processus de qualité, voir des primes pour "motiver" les employés. Cela fonctionnerait-il si votre partenaire vous donnait davantage d'argent pour vous offrir un nouvel iPod, un écran au plasma ou simplement un livre ou un CD? Vos baisers seraient-ils plus ardents? Comme autrefois?Oubliez les stimulants et primes, oubliez les procédures et les exercices de 'team building'. Voyez plutôt à Aphrodite et demandez-vous pourquoi elle a disparu. La seule chose qui compte, c'est l'amour véritable de son métier. La passion. Celle qui rend créatif, motivé, consciencieux. Je n'avais pas besoin de 'team building' pour apprécier ma chère et tendre. Pas plus que des procédures. D'ailleurs, je me montrais très créatif pour continuer à voir ma bien-aimée malgré l'opposition de mes parents.Ne devrait-on pas veiller davantage à ce que nos collaborateurs deviennent amoureux fou de leur travail comme de leur premier amour? Afin qu'Aphrodite accompagne chaque employé. Tout commence en regardant à travers la fenêtre, et pas seulement les gouttes, et en se rappelant que chacun, chaque collègue, a commencé à travailler animé par la passion de l'amour naissant. Quel meilleur départ que celui-là. Mais ce qui suit est lié au management, à la hiérarchie, à l'honnêteté (envers soi), au sens des responsabilités. Mais cela mérite une Tribune en soi....

Onze partners