Un peu plus d'un an après que la Chine ait fait s'écraser sa première station spatiale, Tiangong-1, voici qu'elle fait de même avec sa deuxième station. Celle-ci avait été lancée en septembre 2016 et a donc été active mille jours environ dans l'espace.

La station spatiale s'est écrasée à 15 heures (de chez nous) dans le sud de l'Océan Pacifique. Cela s'est effectué dans des conditions supervisées, par lesquelles il était certain qu'aucun fragment ne toucherait une zone habitée. Avec la première station, Tiangong-1, les choses ne se passèrent pas aussi... élégamment. La Chine en avait en effet perdu le contrôle en septembre 2016, ce qui fait qu'elle s'écrasa sans contrôle en avril 2018.

Tiangong-2 pesait quelque 8,5 tonnes et avait la taille d'un bus scolaire. Elle était donc relativement petite et pouvait accueillir deux taïkonautes.

En retirant ces deux stations de l'espace, la Chine n'y possède donc plus de base propre. Le pays entend toutefois de nouveau fabriquer une station spatiale plus grande. Avant cela, il lancera en 2020 le premier module Tanhe-1.